2018 – Conseil municipal du lundi 4 juin

8 Juin 2018

Pour cette séance du conseil municipal une cinquantaine de parents d’élèves étaient présents.

La restauration scolaire en question en préambule de ce conseil

Leur présence faisait suite à une pétition qu’ils ont faite signer contre le passage en liaison froide de la restauration scolaire à la rentrée prochaine. Dans leur pétition les parents d’élèves ont mis en avant le risque sanitaire lié au conditionnement en barquettes plastiques des denrées.

Cette pétition et leur présence a conduit le maire à répondre que face aux risques mentionnés par les parents d’élèves il consulterait l’ARS et le Ministère de la Santé pour connaître leur position sur la liaison froide.

Depuis 2 ans, à VME, nous nous opposons fermement à la liaison froide et savons très bien que cette réponse du maire n’est qu’une pirouette. Nul besoin de consulter l’ARS ou le ministère de la santé, on se doute déjà de leur réponse. La liaison froide reste aujourd’hui une option possible pour la restauration collective. En effet, ce mode de restauration a vu le jour dans les années 1960. Dans un souci d’efficacité et d’économie, l’idée de produire une grande quantité de repas en un lieu unique pour les distribuer ensuite sur différents lieux de consommation est apparue. Cette cuisine en liaison différée, chaude ou froide, fonctionne sur le principe d’une cuisine centrale où sont élaborés les repas avant leur transfert dans des restaurants dits satellites. Il existe deux types de liaisons possibles. Dans les deux cas, la liaison est différée dans l’espace ; et dans le cas de la liaison froide, elle est également différée dans le temps. Cette option reste possible et comme l’a précisé le maire a été choisie par nombre de communes alentours.

Mais depuis les années 60, le regard des consommateurs sur leur alimentation a évolué et certaines cantines scolaires ont déjà commencé à s’y adapter. Nous avons précisé au Maire que sa réponse aux parents d’élèves consistant à dire qu’il consulterait des « autorités compétentes » sur les risques de la liaison froide n’en est pas vraiment une. Le débat doit plutôt porter selon nous sur la qualité des repas que l’on souhaite proposer, les valeurs que l’on souhaite transmettre à travers nos choix d’élus, et surtout prendre en compte les attentes de nos concitoyens puisque c’est pour eux et grâce à eux que nous sommes là !

Ceci dit il est toujours difficile, lors des conseil municipaux, de porter des idées et des valeurs pour engager un débat constructif. Cette tentative semble insupportable et conduit presque à chaque fois le maire à attaquer les élus personnellement. Encore une fois Laurence Morisot en a fait les frais (pour rappel cela avait déjà été le cas lors du conseil du mercredi 14 décembre 2016 http://www.vivonsmaintenonensemble.fr/2016-conseil-municipal-du-mercredi-14-decembre/) et les propos tenus sont choquants (« Vous n’avez sans doute jamais travaillé Madame Morisot »). Tout autant que l’attitude d’élus qui ne disent mot… mais finalement consentent ! L’assistance a pu juger par elle-même quelle atmosphère d’irrespect et de mépris engendre toute tentative de débat.

Les parents d’élèves ont bien sagement attendu la fin du conseil municipal pour demander la parole et se faire entendre du maire en demandant un rendez-vous et semblent bien décidés à poursuivre leurs démarches. En fin de séance, le maire a précisé aux parents qu’il n’aurait certainement pas la réponse de l’ARS et du Ministère d’ici septembre et donc qu’il faudrait sans doute continuer avec le service actuel en attendant… Et a fini par quitter la salle puisque les demandes des parents étaient trop précises et pressantes.

Nous verrons bien si le service de restauration reste en l’état à la rentrée mais si c’est cela qui se profile (et pour l’instant tant mieux !), il aurait sans doute été possible d’arriver au même résultat en faisant preuve d’écoute et de respect !

Le conseil municipal

Entre temps le conseil municipal s’est déroulé relativement calmement sur les points listés ici

Sur les tarifs de l’espace musical de Maintenon, la question de la majoration de 50% des frais de scolarité en cas de non-participation à une pratique collective obligatoire a été soulevée par Christelle Lazarevic, élue VME. En effet, cette politique de sanction est assez peu encline à favoriser le plaisir de la pratique collective… même si cela se fait dans les communes alentours comme on nous l’a encore répété. Prendre l’exemple de communes alentours cela peut-être intéressant mais s’en servir à tout bout de champ relève de la pauvreté argumentaire, sinon de l’absence de réflexion. Les tarifs ont donc été votés par le conseil moins 7 votes contre.

Sandrine Houdement a également soulevé le sujet des projets d’investissements du club de Tennis. Jean-Luc Brémard, président du Syndicat Culture Sports Loisirs a indiqué avoir rencontré avec Thomas Laforge des membres du club en présence de membres de la FFT. Leur projet est de couvrir les deux cours actuels, de construire un club house et deux cours extérieurs non couverts, en vue de devenir base arrière pour l’entrainement des équipes pro pour les Jeux Olympiques 2024. Ce projet s’élève à 500 00€ et les subventions qui pourraient être obtenues sont de l’ordre de 250 000€. Le projet est ambitieux mais après les investissements réalisés pour les infrastructures du football et de l’athlétisme celui-ci représente une opportunité pour continuer à moderniser nos infrastructures sportives.

Anne-Laure Carpier