VME et la mobilisation du 19 septembre

17 Sep 2015

Vous avez eu dans vos boîtes aux lettres une lettre, signée de notre maire, invitant les habitants à se mobiliser contre la baisse des dotations de l’Etat aux communes.

En tant qu’élus VME nous ne participerons pas à cette mobilisation et nous souhaitons vous en expliquer les raisons.

 

Récupération politique ?

Certes cette baisse des dotations de l’Etat est dommageable et brutale. Dans le contexte actuel, tout le monde doit participer à l’effort de maîtrise des déficits et celui-ci aurait peut-être été mieux accepté s’il s’était davantage étalé dans le temps. En avril 2014, le maire avait évoqué pour l’année 2014, une perte de l’ordre de 30 000€ due à cette baisse de la DGF ; il avait alors précisé que celle-ci serait de l’ordre de 220 000 € cumulés sur 3 ans (d’ici à 2016 donc). Pour info la DGF a été de 607 889€ en 2013 avant la baisse ; 575 675€ en 2014 (soit moins 32 214€) ; 496 676 € en 2015 (soit moins 78 999€) (cf page 5 du PV du CM du 8 avril 2015) ; la baisse devrait effectivement continuer à s’accentuer mais ne représente pas encore pour nous les 30% annoncés.

Ceci dit, cette baisse de la dotation de fonctionnement allouée aux communes ne représente bien entendu pas l’essentiel du budget de la commune et lors de la présentation du budget 2015, cette baisse a été assez peu évoquée (une phrase lors du Débat d’Orientation Budgétaire 2015). Pourquoi attendre 6 mois de plus pour s’alarmer ? Est-ce une récupération politique ?

 

Indemnités en augmentation à Maintenon

Nous avions alerté notre maire et ses adjoints, dès le début du mandat (voir le PV du Conseil Municipal du 10 avril 2014), sur le fait que dans le contexte de baisses des dotations de l’État un geste de baisse des indemnités serait bienvenu. Il n’en a rien été puisqu’au contraire, le montant global des indemnités a augmenté de 30 000€ par an. Cette mobilisation nous semble donc mal venue. Si notre maire et ses adjoints acceptaient aujourd’hui de revenir à 15% (au lieu de 22) et renonçaient aux 15% de chef lieu de canton, on récupérerait près de 42 000 € par an.

 

Investir c’est choisir 

Quand les finances deviennent plus tendues, il faut faire des choix (comme dans un ménage). Faire un budget, c’est faire des choix : s’il faut moins investir, il faut investir utile et savoir revoir sa copie sur l’ampleur de certains projets (la place du château) ou inutiles (la perception).

Faire un budget c’est aussi définir ses priorités : les écoles coûtent peut-être chères mais sont plus utiles aux habitants qu’un centre ville rénové au profit d’un château et d’un hôtel de luxe. Il est d’intérêt public d’entretenir ces bâtiments communaux et de continuer à assurer l’ensemble des services dont notre population a besoin et qui confèrent à notre commune un peu d’attractivité.

 

Engager la réflexion sur l’avenir

Lors du vote du budget 2015, notre maire avait souligné que « le budget se travaille sur une année civile mais qu’il faut se projeter au-delà et faire l’effort de s’adapter. Il est clair que seuls ceux qui sauront s’adapter en temps utile pourront maintenir leur niveau de services et d’investissements «  (cf page 5 du PV du CM du 8 avril 2015). Monsieur le Maire avait alors ajouté qu’à ses yeux, il n’existe pour notre commune qu’une solution viable, à savoir le regroupement de communes, soit sous forme de commune nouvelle, soit sous forme de fusion pure et simple et que les gains seraient évidents. Plus de 5 mois ont passé depuis ce discours appelant à la réflexion… il y a sans doute eu réflexion mais pas avec l’ensemble des élus. Il serait donc peut-être temps de parler des vrais sujets* ! Il faut remettre l’imagination au pouvoir pour trouver des solutions permettant de faire face à ces nouvelles conditions.

Anne-Laure Carpier, Raymond Goger, Sandrine Houdement,

Philippe Thibaudière, Badia Soussan

*quelques heures après la rédaction de cet article nous avons appris que ce point serait à l’ordre du jour du prochain conseil